Michel houle

Co-présidente du Conseil d'administration
Membre du conseil

Odile méthot

Présidente directrice générale
Membre du conseil

pdf

Michel houle

Co-présidente du Conseil d'administration
Membre du conseil

Odile méthot

Présidente directrice générale
Membre du conseil

MESSAGE

du Co-président du Conseil
et de la Présidente directrice générale

Stimuler les talents créateurs de chez nous

En 2013-2014, alors que le Fonds Harold Greenberg vivait un tournant important de son histoire avec l’acquisition par Bell Média de la société Astral Media, nous avons continué d’appuyer financièrement des projets cinématographiques ou télévisuels afin qu’ils se concrétisent.

Ce que vous lirez dans les pages suivantes, qu’il s’agisse du nombre de projets que nous avons appuyés ou des sommes que nous avons versées, reflète la mission première du Fonds Harold Greenberg : stimuler, par la diversité de ses programmes, la réalisation d’œuvres de langue française qui mettent à contribution les talents créateurs de chez nous.

Depuis la création du programme de langue française du Fonds il y a dix-huit ans, le paysage de l’industrie a profondément changé et continuera d’évoluer. Toutefois, un élément reste immuable, soit le talent créateur, à la source de toutes les œuvres produites. Aux auteurs, réalisateurs, artisans et artistes-interprètes d’expérience et reconnus s’ajoute chaque année une jeunesse montante, inspirée, pleine de talent, qui offre un potentiel extraordinaire.

C’est dans ce contexte plein de promesses que le Fonds Harold Greenberg continue de jouer un rôle clé en fournissant aux créateurs d’ici les ressources nécessaires afin qu’ils témoignent de notre identité culturelle à travers des œuvres de création qui parlent aux publics canadiens comme seules peuvent le faire des productions canadiennes.

Injection de capitaux importants
En 2013-2014, les modes de consommation et de financement des longs métrages cinématographiques ont continué de connaître des évolutions qui n’atténuent en rien les risques traditionnellement élevés associés à cette industrie de prototypes. Dans une telle conjoncture, l’injection, au printemps 2014, de fonds supplémentaires totalisant 22,8 millions de dollars à être répartis sur sept ans fut une manne inespérée pour les producteurs indépendants. Non seulement ce nouvel apport permet-il au Fonds de consolider sa présence, mais il en fait désormais un partenaire non négligeable, voire essentiel, pour la réalisation de certains projets. De la somme totale, 18,8 millions seront destinés à la production de longs métrages de fiction tandis que 4 millions seront dédiés au développement de concepts télévisuels.

L’équipe du Fonds a accueilli ces nouveaux capitaux avec enthousiasme et fut très encouragée par ce vote de confiance que lui témoigne Bell Média.

Nouveaux volets
Le souci de rendre notre service toujours plus efficient et notre offre de financement plus en phase avec un marché en mouvance perpétuelle est au centre de nos priorités. Dans cette optique, l’injection de nouveaux capitaux nous a permis d’élargir notre offre de financement par l’ajout de volets en production de longs métrages de fiction et d’un volet visant à stimuler le développement de formats télévisuels. Ils ont d’ailleurs déjà porté leurs fruits.

Longs métrages de fiction. Le Fonds soutenait déjà le développement de longs métrages de fiction via l’aide à la prise d’option, à la scénarisation et au parachèvement de l’écriture de scénarios. Le nouvel apport de 18,8 millions sur sept ans permet d’élargir l’offre en y ajoutant l’aide à la production. Ce retour du Fonds dans la production cinématographique après une interruption de cinq ans se traduit par une participation financière dans dix films, tous plus prometteurs les uns que les autres. Notre sélection couvre une grande variété de genres, du cinéma grand public – tels le prochain film de Philippe Falardeau (Guibord s’en va-t-en-guerre, avec Patrick Huard dans le rôle-titre) ou l’adaptation de la bande dessinée Paul à Québec, de François Bouvier – au cinéma d’auteur par des cinéastes tels qu’André Fortier (Bébés fourneau) ou André Turpin (Endorphine), en passant par Le journal d’Aurélie Laflamme : Les pieds sur terre, un film de Nicolas Monette destiné à un jeune public.

Formats/concepts télévisuels. Nous nous efforçons d’adapter notre offre de financement afin qu’elle corresponde aux besoins des producteurs. Ce souci a donné lieu au volet inédit d’aide au développement de formats/concepts télévisuels ainsi qu’à la conversion en mode format d’une série télévisuelle préexistante canadienne. Cette initiative, qui vient combler un vide dans la gamme des programmes de financement au Canada, vise à stimuler l’émergence de formats novateurs élaborés à partir d’idées originales canadiennes qui ont un potentiel d’adaptation pour le marché international et qui mettent à contribution les talents créateurs d’ici. Les producteurs de la très populaire série télévisée Les Beaux Malaises ont pu bénéficier des premiers dollars de ce volet.

Des succès
Cette année encore, par sa créativité sans cesse renouvelée, le cinéma québécois nous en a mis plein la vue et a vu sa qualité reconnue tant à l’international qu’ici. Parmi les films qui se sont démarqués et dans lesquels nous étions impliqués, figurent 1987, de Ricardo Trogi, qui a passé le cap des deux millions de dollars au box-office canadien, et le second long métrage de Maxime Giroux, Félix et Meira, lauréat du prix du meilleur film canadien au Toronto International Film Festival 2014.

Merci
La qualité de la gouvernance s’appuie sur des administrateurs très engagés et dotés d’expertises complémentaires. C’est pourquoi nous tenons à exprimer à nos collègues qui siègent au conseil notre plus sincère connaissance pour leur infaillible soutien, leur vigilance exemplaire et leur sagesse. Par ailleurs, nous désirons témoigner notre profonde gratitude à Mme Louise Baillargeon, membre sortante du conseil. Tout au long des dix dernières années de service dévoué, elle a su nous faire apprécier ses compétences d’administratrice tout en partageant avec nous sa passion pour le milieu cinématographique et télévisuel. De surcroît, il faut souligner également l’excellence du personnel du Fonds et les remercier pour leur professionnalisme et leur fidélité.

Le financement de la production cinématographique et télévisuelle est une activité essentielle au renforcement de notre identité culturelle et d’un système de radiodiffusion distinctement canadiens. Il est évident que sans le soutien financier continu de Bell Média, nous ne pourrions poursuivre notre mission. C’est donc avec ferveur que nous les remercions de leur inestimable soutien et de leur collaboration continue.

Odile Méthot
Présidente directrice générale
Le Fonds Harold Greenberg

Michel Houle
Co-président
Conseil d'administration

Membres du Conseil d’administration,
Comité et Personnel

Michel Houle

Co-président du Conseil d’administration

Biographie

Michel Houle
Odile Méthot

Présidente directrice générale
Membre du conseil

Biographie

Odile Méthot
Judith Brosseau

Membre du conseil

Biographie

Judith Brosseau
Dany Meloul

Membre du conseil depuis février 2014

Biographie

Dany Meloul
+

Michel Houle

Consulté régulièrement par les divers intervenants du milieu corporatif, institutionnel et gouvernemental, Michel Houle apporte une expertise éclairée au sein du conseil depuis 2000 grâce à sa singulière expérience touchant des domaines aussi variés que la production, la distribution et l’exploitation cinématographiques et télévisuelles.

Odile Méthot

Odile Méthot œuvre dans le milieu artistique ainsi que dans le domaine cinématographique et télévisuel depuis plus de 25 ans. À titre de présidente directrice générale, Mme Méthot est responsable de la gestion du programme de financement de langue française du Fonds Harold Greenberg. Mme Méthot s’est jointe à l’organisation en 1996 où, à titre de directrice administrative, elle a participé à la mise sur pied du programme. Depuis 2000, elle y occupe le poste de présidente directrice générale.

Judith Brosseau

Détentrice d’une maîtrise en communications, Judith Brosseau a œuvré en télévision depuis de nombreuses années, notamment comme vice-présidente principale programmation, communications et médias numériques chez Astral Média et comme directrice de la planification stratégique aux communications à la SRC. Elle est présidente du conseil d’administration de l’INIS et siège également aux conseils de la Compagnie de danse SED, du Y des Femmes de Montréal et comme gouverneure du Wapikoni mobile.

Dany Meloul

Dany Meloul est chef adjointe du service juridique pour Bell Media (Québec). Responsable de la négociation des ententes avec les producteurs externes, les distributeurs et les différents organismes pour les services de télévision de langue française, la radio ainsi que les services numériques, elle conseille aussi Bell Média sur divers aspects juridiques et réglementaires affectant les opérations des services. Auparavant, Dany a occupé des postes chez Transcontinental inc. et Alcan inc. au Canada et aux États-Unis. Elle a obtenu son baccalauréat de l’Université McGill en 1988, est membre du Barreau du Québec et du New York Bar. Elle est membre du conseil d’administration de l’INIS et Présidente du Comité de langue française pour le Conseil Canadien des Normes en Radiodiffusion CCNR, ainsi que Vice-présidente du conseil d’administration du Collège Ouest de l’Isle/West Island College et Présidente de la Fondation du collège Marianopolis.

Mario Clément

Membre du conseil

Biographie

Mario Clément
GILLES VALIQUETTE

Membre du conseil

Biographie

GILLES VALIQUETTE
Louise Baillargeon

Membre du conseil jusqu’en juin 2014

Biographie

Louise Baillargeon
Claude Godbout

Membre du conseil depuis septembre 2014

Biographie

Claude Godbout
Gabrielle Meloche

Coordonnatrice, Administration et Programme de financement

Biographie

Gabrielle Meloche
+

Mario Clément

À titre de vice-président, contenu pour Bell Média (Québec), Mario Clément supervise la programmation et le contenu de la télévision spécialisée et payante, de la radio et des médias numériques de langue française au Québec. M. Clément est un gestionnaire accompli et hautement respecté au sein de l’industrie de la télévision au Québec, ayant occupé plusieurs postes de haute direction au Groupe Coscient, à Télé-Québec et à la télévision de Radio-Canada, de même que, dernièrement, le poste de vice-président exécutif chez Attraction Média. Il a aussi été producteur de concerts et programmateur de films. M. Clément possède un diplôme en philosophie de l’Université de Sherbrooke.

GILLES VALIQUETTE

Président du comité MaxFACT depuis onze ans, Gilles Valiquette est un auteur-compositeur-interprète avec 13 albums à son actif. Il a remporté cinq Certificats d’honneur BMI/SDE et cinq Prix SOCAN pour le succès de ses chansons, notamment Quelle belle journée, Je suis cool, La vie en rose, Samedi soir et Mets un peu de soleil dans notre vie. Il a conçu le programme collégial Conception sonore assistée par ordinateur et est un des fondateurs du Collège Musitechnic de Montréal. Au cours de sa carrière, il a siégé à plusieurs conseils d’administration dont celui de la Société canadienne des auteurs, compositeurs et éditeurs de musique (SOCAN) qu’il a présidé pendant plusieurs années. Au cours des dernières années, il a lancé l’album Secrètement public, une rétrospective de ses premiers albums Les 9 premiers ainsi qu'un premier livre, Histoires de chansons, chez VLB éditeur en plus de réaliser les récents albums du chanteur Patrick Norman. Sa chanson Je suis cool était récemment intronisée au Panthéon des auteurs et compositeurs canadiens. Au moment d’écrire ces lignes, Gilles Valiquette prépare la sortie de C’est fou mais c’est tout, un parcours discographique de la carrière des Beatles à paraître aux Éditions de l’Homme.

Louise Baillargeon

Louise Baillargeon a œuvré dans le milieu du cinéma et de la télévision depuis de nombreuses années notamment comme présidente directrice générale de l’APFTQ pendant 15 ans et par la suite comme vice-présidente principale du FCT. Elle a également siégé à de nombreux conseils d’administration de l’industrie dans les secteurs public et privé, rôle qu’elle assume encore aujourd’hui dans le secteur privé.

Claude Godbout

Claude Godbout a d’abord été comédien. Durant les années soixante, il est l’assistant de Jean-Pierre Ronfard, au Théâtre de l’Égrégore. En 1964, il interprète le rôle de Claude dans un grand classique de notre cinéma Le Chat dans le sac de Gilles Groulx. Par la suite, il est réalisateur (Profession : Écrivain) et co-fondateur des Productions Prisma (Les Ordres de Michel Brault -  Cannes 1975 – Prix de la mise en scène  - Les bons débarras de Francis Mankiewicz- Compétition Berlin 1980). Il a également été président de l’APFTQ en 1972 et 1981 et Président du conseil d’administration de l’Institut Québécois du Cinéma en 1982. Pendant quatre décennies, il produit de nombreuses séries dramatiques et émissions jeunesses. Dernièrement, il a œuvré à la grande série Cinéma Québécois. Après avoir réalisé le documentaire La Génération 101 en 2008, il signe en 2014 la production et la scénarisation du long métrage documentaire Un rêve américain.

Gabrielle Meloche